5 conseils et astuces pour une cuisine “presque” zéro déchet

Après la salle de bains, la cuisine est une autre pièce de la maison où s’accumule les déchets. Déchets générés par les accessoires que nous utilisons mais aussi par notre façon de consommer. Explications, solutions, nous avons essayé d’être le plus complet possible pour vous accompagner vers une cuisine zéro déchet

N’hésitez pas à enrichir cet article avec vos remarques, votre expérience et vos astuces !

 

1/ STOP au plastique, BONJOUR aux alternatives durables

Nous vous en avons déjà parlé mais beaucoup d’objets à usage unique que l’on utilise au quotidien sont remplaçables par des alternatives plus durables. Quelques exemples :

Article blog cuisine zéro déchet

2/ Boire de l’eau du robinet

La meilleure alternative à la bouteille en plastique, c’est l’eau potable courante ! Vous avez des

réticences à la boire ? Sachez qu’elle est très contrôlée en France et sans danger pour la santé.

Toutefois, il existe plusieurs méthodes presque « zéro déchet » pour filtrer l’eau du robinet.

Charbon Binchotan

Binchotan taille MVous pouvez purifier votre eau grâce au charbon actif Binchotan, venu du Japon. A faire bouillir préalablement, il se place au fond de votre carafe. L’eau ainsi filtrée est quasiment dépourvue de métaux lourds et de produits chimiques. Et la majorité du chlore présent dans l’eau est éliminé.

Le Binchotan peut rester actif trois à six mois environ. Une fois inactif, vous pouvez le recycler en le plaçant dans le compost.

 

Perles de céramique EM

perles ceramiques grises vracElles sont fabriquées à base d’argile poreuse et contiennent des micro-organismes efficaces (EM) dont l’action est décuplée par l’argile : ces micro-organismes agissent directement sur la structure de l’eau. Une fois neutralisé, le calcaire perd son pouvoir incrustant, ce qui contribue à réduire fortement les dépôts calcaires dans l’eau.

Il faut compter 12 à 15 perles de céramique EM pour filtrer 1L d’eau. Leur durée de vie est d’au moins 10 ans, un produit durablement économique !

Filtre sur robinet

Placé au bout du robinet, il permet de retenir le chlore, certains métaux lourds et les résidus de pesticides s’il y en a. Il faut toutefois veiller à le changer tous les trois mois pour éviter les proliférations bactériennes.

Osmoseur

Pour terminer dans la série des purificateurs d’eau, l’osmoseur est sûrement le plus efficace… mais aussi le plus cher. Il s’agit d’un système de filtres multiples à installer sous son évier et relié à l’arrivée d’eau.

Si vous aimez l’eau gazeuse, des solutions plus écologiques que l’eau en bouteille existent comme la Sodastream ! Avec des bouteilles en plastique ou en verre.

Et pour vos déplacements en dehors de la maison, optez pour une gourde en verre ou en inox, plus léger et résistant. Au bureau, en balade,

 

3/ Privilégier les achats en vrac, en circuit court et de saison

Acheter en vrac permet :

  • d’acheter uniquement les quantités dont on a besoin. Aujourd’hui les conditionnements proposés par la grande distribution ne sont pas adaptés à des personnes vivant seules par exemple.
  • de diminuer les emballages

Utiliser des sacs à vrac en tissu ou des sacs filet pour les fruits et légumes est de plus en plus fréquent. Ce qui l’est moins, c’est de faire ses achats de viande, poisson, charcuterie ou fromage avec ses propres contenants.

 

Consommer en circuit court et de saison

· Consommer de saison et local, c’est protéger l’environnement

Les fruits ou légumes hors saison et importés sont transportés soit par avion, soit par bateau (pour les produits congelés ou en conserve) puis par camion dans des conditions permettant leur conservation (réfrigération, climatisation). Ces trois moyens de transport sont polluants pour la planète. De plus, afin que les fruits ne mûrissent pas trop vite pendant le transport, ils sont recouverts de produits chimiques permettant leur conservation.

· Consommer de saison, c’est encourager les circuits courts

Il est préférable de privilégier les circuits courts afin d’avoir moins d’impact polluant sur la planète. Le premier réflexe à adopter lorsque l’on est dans les grandes surfaces, c’est de regarder la provenance des fruits et légumes mais aussi leur saisonnalité. Plus les fruits et légumes auront été produits près de chez vous, plus vous limiterez votre impact carbone et moins il y aura des chances qu’ils aient été cultivés sous serre.

Vous pouvez trouver ces fruits et légumes dans les magasins bios ou de vrac : soucieux de l’environnement, ils proposent généralement des produits frais et locaux. Autrement, il existe des coopératives de produits bios et locaux. Vous pouvez adhérer à une Amap (Association pour le maintien d’une agriculture paysanne) ou faire vos achats dans des structures telles que Locavor ou La Ruche qui dit Oui.

Légumes de saison Juin Fruits de saison Juin (2)

· Consommer de saison, c’est profiter de tous les bienfaits nutritionnels

Chaque saison répond à un besoin du corps humain. En hiver, avec le froid et le manque de soleil, notre corps réclame plus de nutriments et de vitamines C. Tant mieux, c’est la saison des légumes riches en minéraux (poireaux, choux, épinards) et des agrumes pleins de vitamine C (mandarines, pamplemousses, clémentines). En été, avec la chaleur, notre organisme dépense moins de calories mais demande plus d’eau : tous les fruits et légumes de la saison en sont gorgés : melons, tomates, courgettes, pastèques, etc. !

Autre avantage des fruits et légumes de saison : ils auront plus de chance d’avoir mûri au soleil et seront donc plus savoureux que les fruits et légumes qui arrivent à maturité pendant le transport ou sous une serre. Nous avons fait le test cette année avec des tomates françaises arrivées très tôt sur les étals… Un manque certain de goût et de fermeté !

 

4/ Limiter le gaspillage alimentaire

Cela peut paraitre évident mais le gaspillage alimentaire est (malheureusement) encore à l’ordre du jour en 2021. Du champs à l’assiette, c’est environ 10 milliards de tonnes qui sont jetés chaque année en France. Et 20% de ce gâchis est lié à la consommation individuelle des ménages, soit environ 30kg par Français d’aliments consommables qui sont jetés.

Au-delà de l’aberration que représente le geste de jeter de la nourriture, le gaspillage alimentaire a des conséquences négatives sur l’environnement :

  • Empreinte carbone du gaspillage alimentaire représenterait 15,5 millions de tonnes d’équivalent CO2 par an en France
  • Gaspillage de ressources naturelles pour la production de ces aliments (eau, terres agricoles)
  • Consommation d’énergies inutiles

Alors comment moins ou ne plus gaspiller de nourriture ?

  • Faire une liste de courses et de repas pour éviter d’être tenté en magasin par des promotions nous incitant à nous surstocker
  • Acheter en vrac pour n’acheter que la quantité dont on a besoin
  • Bien conserver ses aliments dans le frigo
  • Cuisiner les restes
  • Utiliser les fanes et épluchures de légumes
  • Bien faire la distinction entre la DLC et la DDM
    • DLC : « date limite de consommation »ou « à consommer jusqu’au », cela signifie que le produit ne doit pas être mangé une fois la date dépassée. En effet, il est alors considéré comme périmé et il peut représenter un danger pour la santé. C’est surtout vrai pour les viandes, poissons et charcuteries. Les yaourts ou fromages pasteurisés sont souvent consommables quelques jours, voire quelques semaines après la DLC. Dans tous les cas, observez, sentez et goûtez !
    • DDM : « date de durabilité minimale » ou “à consommer de préférence avant le” sur un produit, cela signifie qu’à partir d’une certaine date le produit peut perdre des qualités gustatives, physiques ou nutritives, mais il n’y a peu ou pas de risques pour la santé. Ces produits sont des aliments peu périssables comme les produits secs (pâtes, riz, céréales).
  • Donnez ce que vous ne mangerez pas ! Des applications vous permettent d’acheter des invendus à petits prix mais il existe aussi des applications/sites vous permettant de donner les aliments que vous ne consommerez pas. Quelques exemples : Geev, Hophopfood

 

5/ Faire la vaisselle avec des produits sains et presque sans déchets

Kit vaisselle zéro déchet

 

Une fois votre cuisine « presque zéro déchet » mise en place, il vous restera toujours quelques déchets. En effet, 1/3 des déchets d’une poubelle d’un foyer est dû aux déchets organiques (matière compostable entre autres). Donc pour réduire le peu de déchets qu’il vous reste vous n’avez plus qu’à démarrer votre compost !

Vous voilà prêt pour débuter la belle aventure du zéro déchet en ayant une cuisine presque zéro déchet ! Retrouvez d’autres accessoires zéro déchet sur notre boutique, des astuces et conseils zéro déchet sur notre blog.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *